Les actualités, astuces, blagues…de Quesako.

Rencontrez la mésange azurée, un petit oiseau chanteur bleu givré si mignon qui enchante le monde



Sam,

Que vous soyez citadin ou campagnard, il y a toujours une raison de prendre un moment pour apprécier la beauté de la nature.

La mésange azurée en est un bon exemple. Cet oiseau chanteur minuscule aux plumes bleu givré attire l’attention et nous fait chaud au cœur.

(Vitpolyak/Shutterstock)

La mésange azurée – nom latin Cyanistes cyanus – est un oiseau chanteur blanc avec une ligne noire allant de la base du bec à la nuque, des ailes ornées de taches bleues et blanches, une poitrine blanche duveteuse et une longue queue bleu foncé aux rebords blancs.

Selon le magazine Beauty of Birds, ce petit oiseau réside et se reproduit principalement dans toute la Russie et l’Asie centrale.

Les mésanges azurées d’Asie centrale se distinguent de leurs congénères par une tache jaune vif sur la poitrine.

La mésange azurée, Cyanistes cyanus, photographiée en Mongolie occidentale (Jargal Lamjav/CC BY 2.0)

Mesurant environ 13 cm de long, la petite mésange azurée aime les forêts mixtes tempérées, les roseaux et les zones humides. La plupart d’entre elles ne migrent pas, sauf pour chercher un changement d’altitude lors de la saison de reproduction.

Pendant la saison des amours, la mésange azurée a un instinct de protection féroce. L’oiseau protège sa couvée, d’environ 10 œufs par saison pondus dans un trou d’arbre, en sifflant et en pinçant avec le bec si elle est dérangée.

(Intothewild_by/Shutterstock)

L’oiseau chanteur bleu givré se reproduit parfois avec des mésanges bleues. Cette reproduction avec son homologue eurasienne a créé une espèce hybride qui semble différente des deux. La mésange hybride de Pleske a une couronne d’un bleu plus foncé que la couronne habituellement blanche du parent azuré, et une poitrine jaune plus discrète que le parent bleu.

Selon eBird, la mésange azurée est insaisissable, préférant chercher des insectes et des graines à l’abri sous une végétation dense. Le petit oiseau peut souvent être identifié grâce à son chant, qui comprend un air joyeux et aigu caractérisé par des « gazouillis, des trilles et des crécelles ».

Malgré le fait que la population soit en baisse, la mésange azurée est classée comme « moins préoccupante » sur la liste rouge de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) en raison de son nombre important dans la nature.

(Shan_shan/Shutterstock)

Au fil des ans, l’oiseau bien-aimé a été immortalisé sous diverses illustrations, notamment sur un timbre-poste roumain au début des années 1990. L’oiseau a également été magnifiquement représenté aux côtés de sa cousine, la mésange bleue d’Eurasie, dans l’œuvre Natural History of the Birds of Central Europe, publié en 1905 par l’ornithologue de renommée mondiale Johann Friedrich Naumann.

L’apparence unique de l’énigmatique mésange azurée, contrairement à sa cousine plus familière, la mésange bleue, attire l’attention des ornithologues amateurs. Selon Bird Guides, la mésange azurée a émigré vers le nord-ouest de la Russie européenne dans les années 1870 et 1880, mais elle s’est rapidement retirée pour des raisons que les ornithologues ignorent pour le moment.

Illustration d’une mésange azurée tirée du livre Naumann, Natural history of the birds of central Europe, publié en 1905, révisé par G. Berg et al. et édité par Carl R. Hennicke (Domaine public)

Cependant, la mésange azurée a été aperçue en petit nombre jusqu’en Finlande. Notamment, seulement 28 observations ont été enregistrées depuis 1992, mais les voyages par avion en Europe devenant de plus en plus abordables, les ornithologues amateurs sont tentés de faire le voyage pour voir l’oiseau en dehors de son aire de répartition géographique habituelle.

Pour beaucoup d’amateurs d’oiseaux, la mésange azurée vole la vedette. L’attrait de son plumage blanc et la jolie bande noire traversant l’œil jusqu’au collet fait de l’insaisissable petit oiseau le membre incontournable de cette adorable famille.

Source : theepochtime.fr





Laisser un commentaire